Le Working Holiday Visa Australien : entre rêve et difficultés!

SydneyEn 2012, 200 000 jeunes dont près de 22 000 Français sont partis tenter l’expérience de l’expatriation en Australie. Le rêve du bout du monde, la volonté d’améliorer son anglais,  la fuite de l’Europe et de ses difficultés ou encore le désir de faire un break entre ses études et sa vie professionnelle ne sont que quelques unes des raisons qui expliquent l’exode de nombreux jeunes Français vers ce pays magique. Celles-ci sont associées à la facilité d’obtenir un visa permettant de travailler dans le pays, le fameux Working Holiday Visa. Cependant, si de nombreuses agences de voyages, médias, ou encore témoignages d’anciens voyageurs vendent cette destination comme un eldorado, les surprises à l’arrivée dans le pays des kangourous sont nombreuses pour quiconque n’aurait pas bien préparé son voyage. Retour sur la formidable aventure que propose le Working Holiday Visa mais aussi sur ses difficultés dont on ne parle peu depuis la France.

Tout quitter pour un an de rêve

DSC_8369-2L’Australie… Des paysages remarquables, un climat exceptionnel, une économie encore prospère mais surtout une qualité de vie inégalée. Qui n’a jamais rêvé du bout du monde, des plages de rêve et des kangourous ou encore d’un road trip en van dans le bush australien? C’est ce rêve que le Visa Vacances Travail permet aux 18/30 ans d’atteindre. Un visa qui permet pendant un an d’accéder au pays autant de fois qu’on le souhaite et qui offre la possibilité d’étudier quatre mois et de travailler jusqu’à six mois pour un même employeur dans un pays où il est encore possible de trouver un travail rapidement et sans qualification ou expérience pour quiconque est un peu débrouillard. Bref, une opportunité rêvée de quitter la morosité française, de parfaire son anglais, de découvrir l’expatriation mais surtout de vivre l’aventure ! L’année en Australie est pour beaucoup un premier voyage, une découverte exceptionnelle de l’ailleurs, un voyage initiatique extrêmement riche en découvertes et en rencontres, le voyage d’une vie qui laissera des souvenirs indélébiles dans les mémoires.

DSC_7415-2Cependant, pour concrétiser ce rêve et réussir l’expérience une bonne préparation de l’aventure est nécessaire et une prise de conscience des difficultés du voyage dont on ne parle pas en France est indispensable. Si effectivement, la demande de visa ou l’achat d’un billet d’avion se font en quelques clics sur internet, si l’ouverture d’un compte en banque ou d’une ligne téléphonique sont des formalités réglées en cinq minutes à l’arrivée, vivre à 17 000 km de chez-soi dans un environnement inconnu n’est pas anodin. Trouver un logement ou un travail lorsqu’on ne maitrise pas parfaitement l’anglais et les coutumes du pays n’est pas du tout évident. Enfin, ceux qui n’y sont pas préparés déchantent rapidement lorsqu’ils découvrent qu’en Australie, un paquet de cigarette coûte plus de $20 (15€) et un lit dans un dortoir crasseux $35 (25€)…

Une installation parfois plus difficile que prévue

DSC_8091-2Face aux difficultés à trouver un emploi en Europe et avec des rêves parfois un brin utopistes, de nombreux jeunes décident sur un coup de tête de tout quitter pour partir tenter leur chance en Australie. Ils étaient 4 500 Français à le faire chaque année il y a 10 ans, ils sont environ cinq fois plus cette année ! Si il y avait donc du travail pour n’importe quel voyageur de passage il y a 10 ans, ce n’est plus vrai aujourd’hui. A moins d’avoir des compétences dans certains métiers manuels comme la maçonnerie, la coiffure ou la cuisine, la recherche d’un emploi peut s’avérer difficile. La maitrise de l’anglais est évidemment un plus indéniable pour trouver un job dans la restauration, la vente ou le tourisme. Ceux qui ne seraient pas trop à l’aise avec la langue de Shakespeare peuvent se rabattre sur des postes de plongeurs, femme/homme de ménage ou le ramassage de fruits dans les fermes, des jobs mal payés, très précaires, souvent sans contrat et où malgré tout, la concurrence est rude.

L’autre grande difficulté rencontrée par tout voyageur en Australie est le logement. De nombreuses grandes villes comme Sydney ou Melbourne connaissent une très importante pénurie de logement, il n’est donc pas rare de devoir partager une chambre à 3 ou 4 pour un loyer hebdomadaire exorbitant. On notera cependant qu’une fois le logement trouvé, les formalités sont bien plus simples qu’en France puisqu’elles se limitent au dépôt d’une caution.

Enfin, quitter son pays, ses habitudes, ses amis ou sa famille n’est pas une démarche évidente pour tout le monde. Pour certains, l’éloignement peut être mal vécu et malgré les progrès de l’aviation, Sydney reste toujours à 24h (au minimum) de Paris.

Les clefs pour réussir son année

DSC_7964-2Malgré les difficultés, l’expérience australienne est une aventure exceptionnelle qui sera réussie si elle est bien préparée.

-Nombreux sont ceux qui partent avec pour objectif premier d’améliorer leur anglais, il est cependant vraiment conseillé d’arriver dans le pays avec un niveau déjà correcte qui facilitera grandement l’installation. Bref, une remise à niveau avant le départ semble judicieuse.

-Le coût de la vie en Australie est assez élevé et d’une manière générale supérieur à celui que nous connaissons en France, il est donc indispensable de partir avec une somme suffisamment importante pour subvenir à ses besoins en attendant de trouver du travail (la recherche peut être plus longue que prévue) !

-Les Français ne peuvent pas bénéficier du système d’assurance maladie australien, il est donc indispensable de souscrire à une assurance voyage avant le départ, il en existe un large choix adapté au Visa Vacances Travail, comparez-les.

-Enfin, cela peut paraitre évident, mais il est indispensable de partir bien renseigné ! Lisez des témoignages (récents) de voyageurs ayant vécu l’expérience, utilisez les forums pour poser vos questions, faites un tour sur le site de l’ambassade de France en Australie, lisez des guides touristiques…

Les alternatives au Working Holiday Visa

DSC_8349-2Lorsque l’on pense à l’aventure australienne, on l’associe toujours au Visa Vacances Travail, cependant il existe d’autres moyens de partir découvrir la terre rouge.

Le Visa Tourisme offre la possibilité de voyager trois mois dans le pays et est gratuit. Si trois mois ne suffisent pas, il suffit de sortir du pays pour le renouveler de trois mois supplémentaires. C’est alors l’occasion de partir découvrir la Nouvelle-Calédonie, la Nouvelle-Zélande ou l’Asie du Sud Est, d’autant qu’un aller/retour vers l’une de ces destinations coûte environ le prix du visa Working Holiday qui, soit dit en passant, est assez cher (près de 300€). Certes le Visa Tourisme ne permet théoriquement pas de travailler, mais les alternatives existent. Pourquoi ne pas essayer le bénévolat via des organismes comme WOOFING, HelpX ou Workaway qui vous permettent d’échanger quelques heures de travail quotidien contre le gîte et le couvert? Et pour ceux qui voudraient vraiment connaitre la joie de toucher une paie en Dollars, ils devraient y arriver même avec un Visa Tourisme… (les jobs pour voyageurs étant souvent non déclarés…).

DSC_7383-2La deuxième opportunité pour venir passer quelques mois en Australie est le Visa Etudiant, de nombreuses facs ou écoles françaises proposent des échanges avec des universités australiennes. Les plus fortunés peuvent éventuellement s’inscrire directement dans une université du pays ! Notez que le Visa Etudiant permet de travailler 20h par semaine. Que ce soit avec un Visa Tourisme ou un Visa Etudiant, si l’expérience vous plait, vous pourrez ainsi revenir passer une année complète dans le pays à l’aide d’un Visa Vacances Travail auquel on a le droit qu’une seule fois dans sa vie…

DSC_6861-2Passer une année en Australie est une expérience exceptionnelle que je conseille à tous, cependant je regrette que l’idée qui nous en est vendue en France soit légèrement tronquée et que les difficultés ne soient jamais évoquées. Il serait dommage de rater une telle expérience à cause d’une mauvaise préparation ou d’un manque d’informations. Bref vous voilà prévenus ! Alors informez vous, préparez votre voyage, et PARTEZ !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *